Premier jour à Kyoto

Visite du temple de Fushimi, du pavillon d’argent, du pavillon d’or… Au programme zen, sérénité et spiritualité. À méditer, la version gin (tonic) et yang:

Tu ne fais pas la fête, tu joues pour gagner, mais tu perds à la plancha, tu perds à la troisième mi-temps. À ce compte-là, tu ferais mieux d’être pro, au moins tu gagnerais du fric

Un pilier de bar

Arrivée au Japon

Arrivée à Osaka avec un peu de retard. Osaka 3eme ville du Japon avec 2,5 millions d’habitants.
Et là, 1er miracle le baabaas Marc Laporte a réussi à passer la quarantaine malgré ses symptômes proches de ceux du SRAS… Soit les caméras thermiques de l’aéroport ne marchaient pas ou alors le préposé au ‘toucher’ a pris peur devant le cas. Toujours est-il que nous cherchons activement des masques pour Marc, façon mode locale, histoire de passer inaperçu. À voir le look que ça va faire (casquette /masque).
Nous avons été accueillis par Jean-Pierre et Anne, ainsi que par Taketo San (« longue montagne »), ce dernier ayant déjà gravi le mont Fuji (3800m) 10 fois, qui était envoyé par l’agence de voyage pour nous amener en bus de l’aéroport d’Osaka à notre hôtel à Kyoto

1ere impression de Osaka le 29 sept la nuit : c’est moite. Pas de pluie à l’horizon. Nous sommes, bien entendu, aux aguets concernant les infos relatives au typhon ‘Mitag’ qui menacerait possiblement la tenue de France/USA.

Les Baabaas sont partis !

Après près d’un an de préparation, avec le TomTom club, le groupe au quasi-complet est prêt à s’envoler pour le Japon, et la coupe du monde de rugby.

Nous retrouverons 3 joueurs sur place et ainsi les Barbarians d’Aix-en-Provence au complet affronteront 2 équipes japonaises et une équipe canadienne, dans les villes de Fukuoka et Kumamoto.

Mais pour commencer, un long vol au départ de Nice, avec transit à Dubai nous attend.

La suite, dans 24h…

Dans un an les 30 ans!

Bien entendu les Esquiches seront tous réunis pour fêter cet événement avec la pompe, le décorum, l’emphase et l’extravagance nécessaire. Mais avant cela, la saison 2018/2019 a véritablement été lancée la semaine dernière par un match spectaculaire et ô combien attendu, qui fut suivi d’une plancha mémorable, pour une occasion qui ne l’est non moins. Je parle bien sûr des 65 ans d’un des fondateurs des Esquiches : celui qui, par son jeu de jambes, fait passer le rugby pour de la natation synchronisée ; celui pour qui il est toujours 5h à Tucumán et qui sait où acheter une tchoukoutou lorsque le besoin s’en fait sentir.

Diouf, car c’est bien de lui qu’il s’agit, 65 ans et toujours présent, sur et en dehors du terrain. L’AUC coule dans ses veines, mais c’est en visionnaire qu’il a, avec d’autres illustres précurseurs, fondé ton club, Esquiche. Un club qui repose sur des valeurs :

  • Le plaisir : le plaisir de jouer ensemble, le plaisir de se retrouver semaine après semaine, le plaisir de partager avec les autres socios le vin, le pain, et autres victuailles de nos régions.
  • La camaraderie : venant de tous les horizons, géographiques et  sociologiques, les Esquiches cultivent l’amitié au long cours, celle qui donne sans attendre de geste en retour, celle qui rend service, celle qui accompagne et protège.
  • Le rugby : des plus jeunes aux plus âgés, des plus expérimentés aux plus novices, c’est le rugby qui nous réunit.

C’est pour cela que tu dois aimer ton club, Esquiche. Tu dois l’aimer et l’aider à passer ce cap de la trentaine en beauté par ta présence et ton engagement, par ta bonne humeur et ton envie.

À jeudi, je compte sur toi.

2017/2018, une grande saison s’annonce

Salut Esquiche,

Le sens-tu ce parfum de rentrée? Celui-là même qui te faire rechercher fiévreusement ton vieux sac de sport, pour vérifier que tes chaussures à crampons n’ont pas trop souffert de ces deux mois d’été, que tu rentres toujours dans ton short et ton maillot, parce que sinon, tu vas devoir te fader d’aller au Décathlon de Bouc-Bel-Air, et que Maman n’a pas rangé ta serviette au milieu du reste du linge de maison…

Le sens-tu ce parfum de rentrée? Celui-là même qui remonte à ton cerveau et te susurre ce merveilleux refrain : jeudi c’est permis, avec les copains j’ai rugby, jeudi c’est aussi, le jour du BEC j’ai compris.

Le sens-tu ce parfum de rentrée? Celui-là même qui te fait oublier tes petits soucis, parce qu’au rugby tes copains seront là et qu’avec eux, tu n’as pas besoin de faire semblant. Que tu viennes d’arriver à Aix ou que tu y sois né, que tu sois un jeune (voire très jeune) vétéran ou un vieux briscard, que tu aies appris le rugby à 6 ans ou à 30, tu peux être sûr qu’ils te respecteront si tu te montres sincère, loyal et ouvert.

Le sens-tu ce parfum de rentrée? C’est celui des planchas, des dégustations de vin, des troisième mi-temps à la charcuterie des régions d’origines de chacun.

Le sens-tu ce parfum de rentrée? C’est celui du certificat médical, de l’assurance FFR (ou pas).

Le sens-tu ce parfum de rentrée? C’est celui qui te rappelle que la semaine commence le jeudi, entre 20h et 20h30 au Stade Maurice David.

Bonne fin de semaine, Esquiche, et à jeudi.

Barcelone Tour 2016

Le déplacement des Esquiche-Coude à Barcelone c’est aussi une histoire de bus.

Vendredi matin le Prèze nous avait convoqué à 6h45 sur le parking de Maurice David mais pour faire Aix-Barcelone, le bus avait décidé de passer par le tunnel du vieux port (Il avait un GPS de voiture!…)  puis par Aubagne récupérant au passage nos éminents organisateurs Mike y Mario ; mais oublions cette petite heure de retard, le week-end pouvait commencer.

Lire la suite